English | Français     Contactez nous
Imprimer

Innovation

Les avions sous l'oeil aiguisé de drones autonomes


Dans le cadre de son programme d'innovation MRO Lab, AFI KLM E&M expérimente un dispositif d'inspection automatique des avions à l'aide d'un Unmanned Aerial Vehicle (UAV), ou drone. Plus rapide, plus simple, moins coûteux... Explications.







Les drones trouvent des applications dans de nombreux secteurs industriels, y compris dans celui de la maintenance aéronautique, où leur capacité à réaliser certaines tâches de manière autonome et automatisée est susceptible de générer des valeurs ajoutées dans les opérations de maintenance.

Une inspection automatisée, en temps réel, des défauts sur avions
Les opérations d'inspection des structures des avions en font partie : longues, nécessitant une immobilisation des appareils et des personnels qualifiés, elles peuvent être synonymes de perte de temps et d'argent pour les compagnies aériennes. "Le drone permet d'éviter ces complications, explique James Kornberg, Directeur de l'Innovation Engineering & Maintenance d'AIR FRANCE KLM. En partenariat avec la startup Donecle, AFI KLM E&M expérimente une solution d'UAV capable d'effectuer des vols d'inspection selon une trajectoire autonome autour de l'avion, selon une technologie de positionnement laser et grâce à des capteurs intégrés. En phase de vol automatique, ce drone détecte et localise les défauts liés aux technical markings et/ou aux impacts de foudre, et les restitue en temps réel vers un opérateur, avec des métadonnées telles que la position de caméra."
 

Rapidité, fiabilité, performance
Après une première campagne d'une cinquantaine de vols d'essai réalisés autour d'A320, AFI KLM E&M se lance dans une seconde campagne densifiée, avec 2 vols par semaine pendant 5 mois, afin de confirmer et d'éprouver la fiabilité du système. Trois avantages majeurs ressortent de son utilisation : "le dispositif a un potentiel significatif en termes d'efficacité, de réduction des coûts et de traçabilité, reprend James Kornberg. D'efficacité, car il permet une phase d'inspection en 20 minutes, contre 5 heures aujourd'hui, et ce sans avoir à mobiliser de techniciens qualifiés. De réduction des coûts ensuite, car en plus de raccourcir les délais d'immobilisation, il ne nécessite pas forcément de tracter les avions en hangar, et peut s'effectuer en extérieur. Et de traçabilité enfin, car toutes les informations relevées par le drone sont stockées dans un Cloud sécurisé et accessible à tout moment."

L'objectif est d'intégrer ce moyen d'inspection au sein du programme de maintenance au terme de la période d'essais, et AFI KLM E&M le commercialisera, en partenariat avec la startup Donecle, auprès de compagnies clientes via son réseau MRO mondial.
 

Article suivant